Sélectionner une page

ANALYSE DU TOP 200 DE L’APPLE PODCASTS Partie 2

 STUDIO MINUIT
analyse du TOP 200 de l’APPLE Podcasts

PARTIE 2 sur 3

L’objectif de cette étude est comprendre cartographier et analyser le paysage du podcast français.
Quelle est la part de podcast natifs ? Quel pourcentage de podcast monétise ses contenus ?
L’étude se décompose en 12 points. Nous avons le plaisir de vous présenter la deuxième partie.

 

4 : NOMBRE D’ÉPISODE

Dans cette partie nous avons étudié le nombre d’épisodes par émissions. Est-ce que le nombre et la régularité des épisodes ont une incidence dans le classement ? Voici quelques éléments de réponses.

 

 56 % des émissions du Top 200 ont plus de 40 épisodes.

Quelques explications :

  • Les émissions en Replay sont à minima programmées pour une année et atteignent facilement les 40 épisodes à la fin de la saison.
  • Pour installer un podcast natif dans le top 200 il faut faire preuve de régularité et d’obstination et donc s’installer dans la durée.
  • A noter que certains podcasts unitaires avec un sujet fort (les attentats du Bataclan proposé par France Inter) se font une place dans le top mais reste assez peu de temps.

• Il existe aussi des ovnis comme l’émission « How to make money  Online » (voir ZOOM sur ..) qui se font une place dans le Top 200 avec une seule émission datée de plus de 10 ans.

 

5 : QUELLE PÉRIODICITÉ ? 

NOUS NOUS SOMMES INTERROGÉS SUR LE RYTHME DE DIFFUSION DES PODCAST ET LA FIDÉLITÉ ET LA SATURATION DES AUDITEURS  .

• Les émissions hebdomadaires sont en tête avec 38% des écoutes du Top 200. On y retrouve les hebdomadaires des grandes radios mais aussi les « tubes » des podcast natifs comme « la Poudre ».

• Les quotidiennes représentent 33% des écoutes et sont issues pour la plus grande partie des émissions en Replay des grandes radios (Les Grosses Têtes – Affaires sensibles – Hondelatte…).
Mais il existe des émissions natives et quotidiennes qui rencontrent un succès indéniable comme « Chose à Savoir » ( Voir ZOOM Sur…)

 • Il faut aussi noter la part importante d’émissions bi-mensuelle représentée entre autre par le célèbre   « Transfert ».
Ce rythme impose une durée longue et une qualité irréprochable pour ne pas se faire oublier des auditeurs et créer le désir d’écoute.

• Les unitaires font leur apparition depuis peu ils sont souvent issus des grandes médias qui se lancent dans des thématiques fortes (Féminicide – Attentat de Paris pour France Inter) ou des drames comme « Le Nuage » proposé récemment par la plateforme Spotify.

 

6 : LA DURÉE ?

MAIS QUELLE EST LA DURÉE IDÉALE D’UN PODCAST ? DIFFICILE ÉQUATION ENTRE LA PEUR DE PERDRE LES AUDITEURS DANS LE TEMPS ET DE LES FRUSTRER EN PROPOSANT DES CONTENUS TROP COURTS. 

LA DURÉE IDÉALE N’EXISTE PAS. VOLIÀ CE QUE NOUS APPRENDS L’ÉTUDE.

Il faut tout de même signaler que 56% des contenus font entre 20 et 60 minutes.

Le format 1 heure est très présent car c’est le format de bon nombre d’émissions en Replay comme peut le proposer Radio France.

Les formats de moins de 5 minutes représentent 10% et proviennent soit des découpages de séquences d’émissions :  « Les pastilles d’humour » sur France Inter par exemple.

Il faut aussi noter la montée en puissance des micros podcasts natifs qui d’un point de vue économique propose le meilleur ration : pub/coût de production.

 

CONCLUSION

Cette deuxième partie de l’enquête nous montre que la périodicité ou la durée idéale n’existe pas.

L’enjeu pour les éditeurs est de résoudre l’équation suivante : comment fournir un contenu suffisamment long pour ne pas frustrer l’auditeur et suffisamment court pour ne pas faire décrocher l’auditeur. 

Il ne faut pas étouffer pas l’auditeur avec un contenu trop fréquent qui peut donner le sentiment de retard (On rattrape son retard avec les séries mais aussi avec les podcasts) et garder un rythme suffisamment fréquent pour conserver sa place dans le temps d’écoute alloué par les utilisateurs. 

Mais la qualité du contenu et le sujet traité restent bien évidemment les ingrédients principaux du succès d’un podcast.

 

Dans la dernière partie nous nous pencherons sur les sujets suivants :

  • La langue des podcasts
  • Les visuels
  • La publicité
  • Les notes
  • Le nombre de notes
  • Le portrait robot du podcast du Top 200

 

 

Romain Landsberg & John Mac

STUDIO MINUIT

 

 

NOS PODCASTS

ANALYSE DU TOP 200 DE L’APPLE PODCASTS Partie 1

 STUDIO MINUIT
analyse du TOP 200 de l’APPle Podcasts

PARTIE 1 sur 3

L’objectif de cette étude est comprendre cartographier et analyser le paysage du podcast français.
Quelle est la part de podcast natifs ? Quel pourcentage de podcast monétise ses contenus ?
L’étude se décompose en 12 points. Nous avons le plaisir de vous présenter la première partie.

 

1 : REPLAY vs NATIF 

Dans cette première partie de l’étude nous avons confronté les podcast natif versus les émissions en replay.

Le « Replay » truste le top pour les raisons suivantes :

  • Les médias audios sont des médias d’habitudes et l’ajout de nouvelles émissions dans un agenda déja chargé est souvent limité.
  • Les émissions en replay sont souvent incarnées par des têtes d’affiches ou des radions aux moyens énormes. Elles ont des budgets de production tels que ces podcasts ont un rythme de diffusion régulier, un niveau de qualité difficilement atteignable et surtout une force de frappe pour communiquer.
  • La plateforme d’Apple a mis du temps à proposer une service de curation de contenus. Pendant très longtemps le classement des podcasts était la seule source d’influence. L’application cousine qu’est l’AppStore a connu la même histoire. Aujourd’hui Apple fait une mise en avant quotidienne d’une nouvelle application ou d’une thématique. Un premier pas a été fait par Apple mais il reste un chemin à faire pour atteindre le niveau de l’AppStore.

2 : INDÉPENDANT, NATIF, RADIOS ou AUTRES ? 

Dans cette deuxième étude nous étudions qui sont les producteurs des podcasts du top 200.

Sans grande surprise les groupes radios sont omniprésents dans ce classement.

La catégorie « AUTRES » représente les chaines télévision (France TV) ou les annonceurs type (HSBC, Tinder ou Gaumont Pathé )

Quand on se focus sur le top 200 on peut remarquer que la somme des indépendants (la fameuse personne seule dans son salon) et les studios indépendants (Binge, Louie Medias, Nouvelles Ecoutes et Studio Minuit) représentent tout de même 36.5%. Le début du changement… 

3 : QUELLES CATÉGORIES ?

Cette troisième partie analyse la répartition des catégories des podcasts dans le Top 200.

Les catégories du top 200 sont éclatées sur 42 catégories

A noter tout de même que 43% du top 200 est représenté par 3 catégories :

  • Culture et Société
  • Actualité
  • Humour

La catégorie leader «Culture et Société» place 37 podcasts dont les célèbres «Affaires Sensibles» ou «Les Couilles sur la table»

Il nous faut signaler que durant notre étude nous avons observé que 5% des podcasts avaient une catégorie qui n’était pas adaptée au contenu proposé.

 

 

CONCLUSION

Cette première partie de l’enquête nous montre la toute puissance des radios et de Radio France en particulier. Mais les indépendants et les natifs commencent à faire leur place grâce à une refonte de l’application d’Apple qui donne une meilleure visibilité mais aussi grâce aux autres plateformes de podcasts qui génèrent du bouche à oreilles. Il faut noter aussi à la professionnalisation des studios, leur réactivité et leur capacité à coller à des sujets peu traités par les médias traditionnels.

 

Dans la deuxième partie de notre étude nous nous pencherons sur les sujets suivants : 

  • Le nombre d’épisodes par émissions
  • Le rythme de diffusion
  • La durée des épisodes.

 

 

Romain Landsberg & John Mac

STUDIO MINUIT

 

 

NOS PODCASTS